01Jan

Artiste préféré des français pour la deuxième année consécutive, ce chanteur-musicien-compositeur de génie fait partie des coups de coeur d’Unpianiste !

Présentation de Jean-Jacques Goldman

 

Il touche à tout, mais il met du coeur et travaille beaucoup afin de donner au public le meilleur de lui-même. Cet homme n’aurait pas eu un tel retentissement pour moi s’il n’avait pas été aussi humble !

En passant…

De formules spectaculaires (voir pour cela les choeurs de l’armée rouge invités pour un de ses concerts sur sa chanson “Rouge” ou encore la très fameuse scène inclinable dévoilée pour “Envole-moi”), en hommages (voir les hommages pour Sirima dans “Là-bas” et Carole Fredericks dans “Juste après”), Goldman ne s’enfle jamais d’orgueil et paraît véhiculer plus qu’un message au travers de ses chansons.

Il brosse un panel de styles qu’on croyait déjà bien rempli avant son album “Chansons pour les pieds” et dont le succès purement mérité n’a fait que confirmer l’ampleur de son talent.

On pourra objecter que certaines de ses chansons se ressemblent (par exemple “En passant” et “Puisque tu pars”), qu’il n’est pas aussi bon musicien que Jimi Hendrix ou même Muse, mais le nombre de chansons composées par cet homme hors pair parle de lui-même…. et regardez le nombre de succès accomplis (pour ne citer que quelques-uns : “Quand la musique est bonne”, “Je te donne”, “Là-bas”, “C’est pas vrai”, etc.).

Et l’on n’y peut rien…

Sa voix n’est certainement pas la plus belle, mais ses textes font partie des plus beaux de la chanson française. Depuis “Ensemble”, “Je voudrais vous revoir”, “Là-bas”, “Il y a” où le romantisme se lie à la nostalgie, à “Elle a fait un bébé toute seule”, “La vie par procuration”, “Tout était dit”, “Pas toi” où Goldman décrypte (toujours de manière artistique) l’existence dans son “nu le plus blême”, en passant par “Né en 17” et “Comme toi”, où l’auteur nous parle de l’Histoire dans laquelle on n’y peut rien… ou pas !

Je te donne…

Voilà bien une phrase qui résume l’attitude de cet homme aux multiples talents (guitare, piano, violon…) et qui, si on le disait un peu plus fort, serait encore plus apprécié si on venait à savoir que nombre de succès d’autres artistes (Johnny Hallyday, Céline Dion, pour ne citer qu’eux, mais il y en a plein d’autres) lui sont dus étant donné qu’il en est le compositeur !

Il composera avec Coluche, en 1986, la chanson des restos du coeur, propulsera des artistes au talent certain : Sirima (qui n’aura malheureusement pas la chance de vivre assez longtemps pour connaître le succès qui l’attendait), Carole Fredericks, Michael Jones (avec qui il tournera jusqu’à la fin de sa carrière scénique), Grégoire, et d’autres encore. Il ne se contente pas de vivre de son succès, il donne de sa personne, de son temps…

Sa sympathie envers le public lui vaudra finalement un succès amplement mérité, à la fois dans ses formes très acoustiques ou bien plus techniques, il sera repris par une génération qui l’a à peine connu en tant qu’artiste en activité mais qui l’appréciera à sa juste valeur.

 

Alors Goldman, si tu pouvais revenir, ce serait bien… mais tu as pris ta retraite et prendre soin des tiens est une décision honorable et pleine de bon sens ! Puisses-tu couler des jours paisibles et heureux ! Pour terminer, je vous propose d’écouter la chanson préféré d’Unpianiste, “Né en 17”, tellement son texte est vrai !

Note : Goldman n’a jamais été une source d’inspiration pour Unpianiste, mais cet artiste a toujours été un interprète écouté avec intérêt et passion, et l’a bercé dans ses moments de calme ou l’a transporté dans des moments de joie ! C’est bel et bien sa personnalité que je souhaitais mettre en avant dans ce petit hommage.

 

 

 

1 Comments

Leave a Comment

Error: Please check your entries!