Comment réaliser un cover au piano

COMMENT RÉALISER UN COVER AU PIANO ?

Tout d’abord sachez que “cover” est à comprendre avec le sens de “reprise” ici !

Il ne s’agit pas d’une méthode miracle qui marche à tous les coups, ni même de conseils que tout le monde peut mettre en application mais je vous propose de regarder comment je réalise des covers au piano.

J’ai essayé de décrire les différentes étapes en réalisant un cover non pas parce que j’avais envie, mais comme si c’était un exercice ! Et quitte à réaliser un cover, autant prendre une musique que j’aime bien ! Je me suis donc essayé sur le fameux thème de Jurassic Park. Voici donc mon parcours :

1) On écoute d’abord l’oeuvre qu’on veut arranger (ici, on parlera plutôt d’arrangement que de cover, puisque je cherche à transformer un orchestre entier en piano et non juste à accompagner l’orchestre) , par exemple, ceci pour le thème qui nous intéresse : Jurassic Park theme par John Williams.

Je l’ai écouté 1 fois comme ça, une 2ème fois pour sélectionner les passages que j’allais retenir (oui, car hors de question de tout refaire ! Juste les passages qui me font frissonner ou qui me remettent le film en mémoire, ça suffit !) ; pour la vidéo citée, cela correspond grosso modo à A) 0:45-1:35 puis B) 3:38-3:55.

2) Une fois ce choix réalisé, il faut chercher la musique, les notes, les accords, etc. S’ensuit une série d’écoute en boucle des moments choisis pour déterminer tout d’abord une structure ou grille d’accords. Cette opération se fait indépendamment ou non de la recherche de la mélodie ; dans le cas de Jurassic Park, la mélodie m’a un peu aidé pour déterminer les accords qui allaient me donner la structure. Au bout de 40-45 minutes j’avais pris les notes suivantes : arrangement-jurassic (pdf)

Pas de quoi pavoiser, mais c’est pourtant comme ça que je travaille ! Et c’est ainsi que j’essaye de créer ma méthode de piano (déjà en grande partie disponible) basée sur cette idée de structure avec les accords.

La mélodie ne m’a pas pris beaucoup plus de temps car je l’avais déjà à moitié découverte lors de ma recherche des accords.

Note : Pour trouver des accords, comment faire ? Dans le parcours intermédiaire, aux leçons 6 et 7 notamment, vous trouverez des pistes pour dégager la tonalité d’un morceau, les accords qui vont bien avec. Néanmoins, tout n’est pas encore détaillé, à vrai dire ça ne le sera peut-être pas sur ce site vu qu’après il faut juste apprendre ses gammes (au nombre de beaucoup de milliers !) ; ce que je n’ai pas fait, m’aidant plutôt de mon oreille (même si elle n’est pas parfaite).

3) Comme les passages retenus sont relativement courts, je n’ai pas besoin de noter la mélodie, je la retiens par coeur, mais je garde ma feuille d’accords pour ne pas oublier la structure de base ! Nous en sommes à presque 50 minutes de travail pour l’instant, et si j’ai trouvé les accords et la mélodie, le plus dur reste à faire (pour moi !). Il, faut donc maintenant que je m’attèle à l’arrangement proprement dit, c’est-à-dire comment je vais jouer le schmilblick ! Je joue, rejoue le machin, jusqu’à ce que j’arrive à un truc qui me satisfait :

Je décide de faire en gros 2 fois la partie A), une fois de manière ‘soft’ (0:00-1:06), une 2ème un peu plus ‘péchue’ (1:06-1:40), de marquer ensuite une transition entre A) et B) (1:40-1:50), de faire B) 3 fois (1:50-2:20) et de revenir à A) avec une transition sur un accord de C7 (transition entre 2:20-2:24). Je finis donc avec un A) redevenu ‘soft’.

4) La vidéo gardée est en fait le premier enregistrement filmé après m’être décidé sur la forme finale de la structure décrite ci-dessus. C’est pour ça qu’il y a quelques erreurs, je cherche parfois à me retrouver sur ma feuille d’accords ! Je me réserve de meilleures interprétations pour des ‘lives’ que je joue devant des publics ! Et surtout, le secret pour éviter de telles erreurs, c’est de laisser du temps pour digérer le morceau tel que je l’ai “arrangé”, et de s’entraîner ! Pour vous donner une idée, entre le moment où j’ai écouté l’original et le moment où j’ai fini mon enregistrement filmé (premier essai, à la suite duquel je n’ai pas fait de nouvelles tentatives), il s’est écoulé 4h (j’ai mangé entre temps, donc c’est plutôt 2h30-3h).

Ce n’est pas long, me direz-vous ! Mais sachez que pour obtenir un enregistrement propre dans lequel les erreurs grossières que l’on peut voir dans cette vidéo (hésitations à 1:08, 2:04 et 2:08 notamment, et ça ne pardonne pas ! Mais elles sont révélatrices de mon manque de préparation…) sont évitées, cela nécessite plusieurs jours voire 2 semaines ! Je ne suis pas un expert en montage, mais au temps d’entraînement doit être ajouté le temps de montage de la vidéo qui prend un temps fou pour les novices comme moi ! La vidéo ici n’est pas vraiment un montage, j’ai juste synchronisé mon enregistrement audio avec la vidéo (les 2 enregistrements ayant été faits en même temps, je le rappelle, ainsi la synchronisation n’est qu’une simple formalité !), ajouté un titre et un ‘générique de fin’ à l’aide d’un simple logiciel d’édition de vidéo, mis sur youtube ensuite, et le tour est joué ! Mais il aura fallu 4 heures supplémentaires pour ce traitement des fichiers et l’écriture de cette page : la journée y est passée ! Ajoutez le fait que j’ai travaillé (3 cours de piano) pendant cette journée et on a fait le tour !

Je termine donc en précisant que l’arrangement reflète mon style de jeu (le fait de faire A) 2 fois pour commencer m’a permis de me mettre un peu plus à l’aise, mais parfois, c’est difficile d’adapter mon jeu à l’oeuvre en question, ou inversement, d’adapter l’oeuvre à mon jeu).

Voilà donc comment réaliser un cover au piano, ou plutôt comment je m’y prend, à chaque fois, pour réaliser un arrangement au piano !

Edit : J’ai quand même écrit une partition finalement, disponible ici : Jurassic Park Theme.

1 Comments

Leave a Comment

Error: Please check your entries!
Back To Top