Nous vous proposons d’écouter cette petite musique afin d’accompagner votre lecture :

ÉCOUTE ET PARTICIPATION

 

Pour cette première ‘séance’, je vous propose un peu de lecture et d’écoute afin de comprendre quelques enjeux de la pratique de la musicothérapie.

En première observation, il convient de partir des phénomènes de réaction à l’écoute de la musique : rires, larmes, transe, etc. Et de se demander comment ces réactions aboutissent : sont-elles déclenchées par la musique via les oreilles ? Ou bien y a-t-il participation du sujet écoutant au point de se laisser emporter par des enchaînements de sons qui lui correspondent et qu’il apprécie particulièrement ? Est-ce la musique qui arrive au coeur par les oreilles ou le coeur qui ‘monte’ aux oreilles pour être attentif aux sons qui arrivent ? Ou un peu des deux ?

On ne peut exclure aucune des hypothèses bien que la deuxième ait pu être constatée plus franchement à mon niveau personnel. Mais à bien considérer les auditeurs, certaines marques d’expressions semblent si spontanées qu’on opterait pour la première hypothèse plus volontiers.

On cherchera vraiment parmi les plus belles pièces classiques, celles qui provoquent les plus grands bouleversements. Pourtant, certaines musiques très simples sont elles aussi très efficaces dans la rencontre avec notre âme. Une dernière remarque tiendra dans l’observation que les émotions exprimées seront plus variées avec de la musique ‘live’. Un enregistrement écouté sera beaucoup plus propice à la relaxation car déjà écouté et donc intériorisé, ‘analysé’ en quelque sorte. La surprise permet d’assurer un côté spontané et donc -a priori- plus vrai et légitime. Néanmoins, un enregistrement s’il est écouté une première fois peut avoir le même effet qu’un live sauf qu’on n’a pas la présence du musicien. De plus, générer le souvenir d’un sentiment exprimé au travers d’un enregistrement déjà écouté peut être bénéfique et permettre d’aller ‘plus loin’ dans l’introspection, potentiellement salutaire.

Comme nous l’avons déjà dit en introduction, il n’y a pas de règle générale. Alors, participation de l’auditeur à l’écoute ou simplement réaction spontanée ? Aucune ne me semble exclusivement bonne ni à exclure…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu